BOGOTA TA VILLE

BOGOTA TA VILLE

LIBEREZ CLARA et EMMANUEL

CLARA QUE TRES VITE TU RETROUVES CE SOURIRE

lundi 11 juin 2007

Clara , la rencontre


Clara, Nous ne nous sommes jamais rencontrées. Tu ne sais pas que j'existe quelque part sous le ciel de France.
Pourtant il y a 5 ans tu es entrée dans ma vie. Cinq années pendant lesquelles je ne cesse pas de penser à toi, toi, là-bas sous le ciel de Colombie. Mais je vais te raconter comment j'ai pris connaissance de ton existence.
J'ai lu comme beaucoup de monde le livre d'Ingrid Betancourt ' La rage au coeur'.
Ce livre comme beaucoup m'a bouleversée.
Et suite à son enlèvement par les Farc, je me suis renseignée sur le net s'il existait une association. Et j'ai trouvé un site : betancourt.info Alors j'ai crée un comité de soutien, j'ai été une des premières en France à en créer un.
Mais je n'étais pas vraiment satisfaite de ce qui passait,Ingrid naturellement
passait au premier plan de ce combat.
De toi, sur toi, pas grand chose...on t'oubliait.
Alors que, oui, alors que, tu étais là-bas avec elle dans cette jungle immense , juste à cause de ton immense sens de l'amitié et de la fidélité à Ingrid.
Tu n'étais là-bas avec elle que parce que tu l'avais décidé.
Je me suis toujours demandée si à cet instant, tu n'avais pas pensé à ce
qu'avait écrit Ingrid et que tu as certainement lu :'ELLE ET MOI AVONS SIGNE UN PACTE MORAL, PLONGER ENSEMBLE OU RIEN'.
Ton calvaire commençait.
Te serais-tu doutée qu'à l'instant où tu as décidé de ne pas l'abandonner qu'il durerait si longtemps ? Non certainement pas.
Alors pour que l'on ne t'oublie pas, pour que tu sois un peu dans cette lumière, toi qui avais choisi l'ombre d'Ingrid, j’ai créé un site.
Mais il me fallait des renseignements sur toi, alors j’ai trouvé une adresse en Colombie, je ne sais plus comment…D’un monsieur qui je crois était membre du parti d’Ingrid. Et je me suis payé le culot de lui écrire, lui donnant la raison de mon message, et gentiment quelques temps plus tard, il m’a envoyé ton cv et des photos de toi, certaines aujourd’hui sont sur d’autres sites.
J’ai passé aussi des nuits à faire des recherches sur les journaux colombiens pour trouver des articles parlant de toi. Et là , aussi mes recherches furent fructueuses. Je suis tombée sur un article de Lucia Muloz Ortiz dans le journal Terra du 23 aout 2002. Mais non seulement un article, mais une photo magnifique de toi, qui elle aussi se retrouve aujourd’hui partout sur le net. Une photo où tu as un gilet rouge. Tu te souviens de cette photo ? Avec tous ces renseignements j’ai pu éditer mon site.

1 commentaire:

François-Noël MASSON a dit…

Merci de votre remarque laissée à la suite de la visite de mon blog "Photos for ever".
On ne put qu'espérer la libération de Clara Rojas en même temps que celle d'Ingrid Betancourt et des autres otages...J'ai l'impression que les choses commencent à bouger alors...

Une feuille, une page

Une feuille, une page
Même la nature pleure l'inhumanité de l'homme